un bout de chemin vers un deuil si difficile

Publié le par Jeanine

Bonjour Gaelle, 
J'ai bien reçu votre livre et l'ai lu d'une seule traite.

Que d'émotions, je fonds en larmes... comme je vous comprends. Ces sentiments de tristesse, ce manque de maternité, ce petit être tant désiré, le fait d'être une maman à part entière, l'allaiter, l'embrasser, le toucher, s'occuper de lui, le câliner, tant de projets que nous avions fait avec Raphaël...
Et ce vide au quotidien, pas de pleurs ou de rire d'enfant, le silence.

J'ai été aussi touchée de la façon dont vous parlez de votre fille, de ce lien qui vous unit et même du sourire parfois que l'on peut y deviner.
J'ai l'impression que vous avez déjà parcouru un bout de chemin vers ce deuil si difficile et impossible à accepter.

Je compte encore chaque semaine, le lundi et le mardi sont des jours à chaque fois difficile, car le lundi nous avons appris la mauvaise nouvelle et le mardi j'ai accouché. Il y a maintenant 7 semaines. J'aimerai tellement pouvoir changer les choses, revenir en arrière, changer le cours du temps... mais non je n'ai pas le choix, je suis en face de cette réalité si cruelle et impossible à accepter. Parfois, il y a des jours ou je me sens pas trop mal, puis d'autres où ca ne va pas, je ressasse....J'avance pas à pas...
Raphaël est très présent dans notre vie, j'ai besoin de lui parler, d'aller le voir au cimetière (tous les jours) qui est un endroit particulier auquel je prends énormément de soin (fleurs et autres), un endroit de recueil au bord d'un lac magnifique, le lac Léman. Je m'y sens bien....

Vous savez votre histoire me touche profondément et m'aide un peu car mes émotions et sentiments j'ai pu les partager et les reconnaître à travers votre livre.
Avec toute mon amitié
MERCI pour soutien
Jeannine
  (Suisse)

Commenter cet article